Menu Evènements

Qui est en ligne ?

Nous avons 26 invités en ligne
Etiquette DPE


_Surface chauffée
_Fioul
litres
_Gaz naturel et propane
m3 m3
_Electricité
kWh
Non Oui si chauffage
_Biomasse
stère / kg / m3
Buche Granulé Plaqu.


Dialogue social pour les TPE

UPAA_TPE

LES CONTRE VERITES DU MEDEF ET DE LA CGPME

Depuis des décennies, les entreprises employant plus de 10 salariés disposent d’un dialogue social organisé, avec des représentants du personnel, des instances de concertation, des élections, un mode de financement…

Certaines fédérations du Medef et de la CGPME voudraient imposer le même système aux entreprises de moins de 11 salariés. L’UPA combat cette solution qui serait source de conflits, de lourdeurs administratives et qui mettrait à mal l’indépendance des chefs d’entreprise.

C’est pourquoi l’UPA propose d’organiser le dialogue social à l’extérieur des TPE. Ce principe a été retenu par le gouvernement dans un projet de loi qui prévoit la création de commissions paritaires régionales. L’UPA s’en félicite et souhaite étendre cette solution aux entreprises de 10 à 20 salariés qui aujourd’hui ont le plus grand mal à appliquer leurs obligations en matière de représentation du personnel.

Les responsables du Medef et de la CGPME rejettent cette avancée en s’appuyant sur une série de contre vérités :

  • leur accusation de faire entrer les syndicats dans l’entreprise est totalement mensongère puisque les commissions paritaires ont pour objet de l’éviter,
  • leur volonté d’empêcher tout dialogue social adapté aux TPE prouve qu’ils veulent placer nos entreprises sous la coupe des grands donneurs d’ordre et les priver de moyens d’expression,
  • leur acharnement à vanter les vertus du dialogue quotidien entre l’employeur et ses salariés relève d’un paternalisme d’un autre temps.

L’UPA invite les parlementaires et l’ensemble des employeurs des TPE, à ne pas céder à la démagogie développée par ces organisations.

Pour leur part, les organisations représentant les petites entreprises*, l’UPA (entreprises de l’artisanat et du commerce de proximité), la FNSEA (exploitations agricoles) et l’UNAPL (professions libérales), soutiennent le projet de loi.

* Les trois organisations ont émis un avis favorable le 3 mai dans le cadre de la Commission nationale de la négociation collective.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir