Menu Evènements

Qui est en ligne ?

Nous avons 47 invités en ligne
Etiquette DPE


_Surface chauffée
_Fioul
litres
_Gaz naturel et propane
m3 m3
_Electricité
kWh
Non Oui si chauffage
_Biomasse
stère / kg / m3
Buche Granulé Plaqu.


Communiqué de presse du 23 juin 2011 Artisanat du Bâtiment / Logement / Précarité énergétique

La CAPEB s’engage aux côtés de l’Anah dans le combat contre la précarité énergétique

Paris, le 23 juin 2011 – La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) et l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) ont signé ce matin une convention de partenariat au titre du programme national d’aide à la rénovation thermique « Habiter mieux », en présence de Benoist Apparu, Secrétaire d’Etat en charge du logement ...

Les deux parties s’engagent à accompagner les propriétaires occupants souhaitant réaliser des travaux d’amélioration, afin de lutter contre la précarité énergétique et d’atteindre l’objectif de réhabilitation de 300 000 logements privés d’ici à 2017. Cet engagement passe par la mobilisation des 380 000 entreprises artisanales du bâtiment sur tout le territoire, le renforcement de leurs compétences en matière de performance énergétique s’appuyant notamment sur le réseau des ECO Artisans, et la mise en place de bonnes pratiques entre les différents opérateurs. Objectif : offrir aux ménages une réponse rapide et de qualité.

La CAPEB et l’ANAH signent un partenariat pour accompagner les 3,4 millions deménages en situation de précarité énergétique

A l’occasion d’une table-ronde consacrée à la lutte contre la précarité énergétique en milieu rural, Sabine Basili, Vice-présidente de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du bâtiment (CAPEB) en charge des affaires économiques, et Alain de Quero, Directeur Général adjoint de l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) ont signé ce matin une convention de partenariat dans le cadre du programme « Habiter Mieux ». Doté d’un financement de 500 millions d’euros, ce programme national d’aide à la rénovation thermique de logements privés a pour objectif la réhabilitation de 300 000 logements d’ici à 2017. En présence de Benoist Apparu, Secrétaire d’Etat en charge du logement, la CAPEB et l’ANAH se sont engagés à coopérer activement pour contribuer à la réussite de ce programme ambitieux de lutte contre la précarité énergétique.

Sabine Basili, Vice-présidente de la CAPEB en charge des affaires économiques déclare : « La CAPEB se félicite de la décision du gouvernement d’affecter 500 millions d’euros à la
rénovation thermique des logements des foyers modestes. Il faut rappeler que la précarité énergétique concerne 3,4 millions de ménages, soit 13 % des ménages français ! Les artisans, qui réalisent 81 % du marché des particuliers et 68 % du marché de l’entretien amélioration sont en première ligne pour résoudre ce problème national ».

Mobiliser les artisans du bâtiment, encourager la formation et les conditions de paiement… les engagements clés du partenariat

La mobilisation des artisans du bâtiment autour de la mise en oeuvre du programme « Habiter Mieux » à l’échelle départementale constitue la première étape du partenariat. La CAPEB s’engage à mobiliser son réseau par des actions de sensibilisation à la formation continue en matière de rénovation énergétique, notamment via les formations FEE Bat, afin d’accompagner les 380 000 entreprises artisanales dans l’appropriation de solutions techniques performantes. Une sensibilisation des jeunes aux métiers de l’artisanat pour pouvoir s’appuyer sur un réseau d’entreprises de proximité vient compléter le dispositif.

« Notre objectif est de permettre, via notre réseau, l’émergence de solutions techniques et financières adaptées aux besoins de ces ménages vulnérables » explique Sabine Basili, Viceprésidente de la CAPEB.

Egalement au coeur du dispositif, l’élaboration et la promotion d’une charte de bonnes pratiques « Habiter Mieux » entre les différents opérateurs du programme et l’Anah. Enfin, pour améliorer les conditions de paiement des chantiers, l’Anah devra s’employer à réduire ses délais de paiement.

Les ECO Artisans de la CAPEB au coeur du dispositif d’amélioration thermique des logements

Spécialistes de la rénovation énergétique et du conseil aux particuliers, les 2 200 ECO Artisans labellisés dans l’ensemble des départements sont en première ligne dans la lutte contre la précarité énergétique. Dans le cadre du partenariat, la CAPEB s’engage à mobiliser les entreprises artisanales et à valoriser les ECO Artisans®.

Dans le cadre du partenariat, la mission d’accompagnement des propriétaires occupants pourra s’adresser aux entreprises compétentes en matière de rénovation énergétique, notamment les ECO Artisans, qui pourront être signataires de la charte « Habiter mieux ».

Typologie et conséquences de la précarité énergétique

Le profil type d’un ménage en précarité énergétique est un ménage modeste et âgé, propriétaire de sa maison individuelle en milieu rural. Leur logement se caractérise par un calfeutrement des aérations, l’utilisation de solutions de chauffage inadaptées (poêle à pétrole) et/ou une privation de chauffage ou encore une augmentation de l’humidité et de moisissures. Cette situation, résultant souvent d’une diminution des ressources financières (départ à la retraite, accident de la vie, etc.), augmente les risques de maladies respiratoires et d’intoxication.

Résoudre une situation de précarité énergétique : cas pratique

Exemple de rénovation d’une « passoire thermique » : estimation des travaux d’urgence énergétique pouvant être pris en charge par l’Anah et estimation des économies d’énergie engendrées Le calcul suivant concerne une maison construite avant 1975 en zone 2, c'est-à-dire dans le grand Ouest sous un climat atlantique (zone 1 : climat continental du Nord Est, et zone 3 : climat méditerranéen), d’une superficie de 90 m² où vit un couple de retraités disposant d’un revenu mensuel de 1 580 €. Le chauffage de la maison et de l’eau chaude sanitaire est assuré par une chaudière fioul, dont la consommation de 2 000 litres par an représente un budget annuel de 1 800 € (base décembre 2010).

Après une évaluation thermique de la maison, le constat est le suivant : fenêtres à remplacer, mauvaise isolation des combles, chaudière vétuste de 18 ans et ventilation des pièces inadaptée.

Ce type d’habitation représente 30 % du parc immobilier (sur le total des 31 millions de logements en France).

La première étape pour le professionnel est de définir un bouquet de travaux prioritaires dont le rendement immédiat permet un très bon retour sur investissement. Dans notre cas :
- Remplacement de la chaudière par une chaudière à condensation fioul permettant 20 % d’économie de chauffage.
- Isolation des combles (fournitures et poses), permettant 15 % d’économie de chauffage.

Une fois réalisés, ces 2 lots de travaux ont permis de réduire de 35 % la consommation d’énergie annuelle pour le chauffage de la maison de l’eau chaude (soit 1 400 litres de fioul). On estime la réduction de la facture énergétique d’autant.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir